Et que ne durent que les moments doux
Et que ne durent que les moments doux

J’ai commencé à lire les livres de l’auteure Virginie Grimaldi par son exploit Le premier jour du reste de ma vie. L’histoire m’a tout de suite plu et j’ai voulu continuer avec d’autres livres écrits par elle. J’ai continué avec Tu comprendras quand tu seras plus grande. Les deux bouquins m’ont beaucoup marquée. Ils parlent tous deux l’histoire d’une femme qui essaie de comprendre le sens de la vie. Le premier parle d’une femme mariée et mère de deux enfants, qui décide d’arrêter d’être une femme soumise et de prendre soin d’elle. Le deuxième raconte l’histoire d’une jeune fille célibataire, après avoir vécu une tragédie amoureuse, décide de travailler dans une maison de retraite. J’ai continué ma lecture avec le livre qui suit Et que ne durent que les moments doux. Mes attentes étaient encore élevées après avoir lu les deux livres, cependant le résultat n’a pas été le même. Certes, ayant déjà commencé la lecture, pourquoi ne pas le terminer jusqu’au bout ?

Un titre qui suscite la curiosité et l’envie de lire

Et que ne durent que les moments doux, en lisant le titre, le lecteur n’aura encore aucune idée de ce que l’auteure va raconter. Les moments doux, mais dans quelle domaine ? Les moments doux de qui  et quand exactement? Ce sont des questions simples mais qui éveilleront chez le lecteur le sens de la lecture et de la découverte du livre. Les attentes seront-elles satisfaites ? Avant de lire le livre, nous pourrions faire plusieurs suppositions. On pourrait d’abord choisir le protagoniste (un homme, une femme, un jeune homme, une jeune femme). Puis, on choisirait sa situation (célibataire, marié, divorcé, hétéro, homo,..). On continuera ensuite par le contexte, l’époque, la situation sociale. De nombreuses idées pourraient survenir. On pourra écrire nous-même notre propre livre.

Virginie Grimaldi a choisi une femme mariée, puis divorcée, mère de deux enfants comme protagoniste principal. L’histoire évoque surtout le fait d’être mère, toutes les mères de famille vont avoir du plaisir de lire ce livre malgré le style de l’auteur. Moi-même étant mère de famille, j’ai pu vivre les angoisses et les inquiétudes de la mère pendant l’attente de sa fille. Je me mets déjà à imaginer le genre de vie que j’aurai quand mes enfants deviendront adultes et quitteront le foyer familial.

Une histoire pleine d’intrigue et d’embrouillement

Pendant la lecture, on se sent perdu car l’auteur a voulu faire croire au lecteur qu’elle racontait la vie de deux personnes différentes. Toutes deux sont des femmes, des mamans. La première est une jeune mariée qui va vivre la grossesse et la naissance prématurée de sa fille. La seconde est une mère qui a réussi à élever ses enfants et maintenant qu'ils sont grands, elle va se retrouver toute seule. L'auteur intervertit les chapitres des livres, en racontant tour à tour la vie de chaque femme. Elle évoque les aventures de la première femme qui narre sa vie et son emploi du temps après le départ de ses enfants. Puis elle passe à la seconde femme et raconte la souffrance, l'angoisse, les nouvelles rencontres à l'hôpital et l'attente quand sa fille quittera la couveuse et rejoindre la maison familiale.

Au début du livre, une femme, le protagoniste principal décrit la nouvelle maison et la ville où elle va vivre avec ses deux enfants. Cela pour introduire qu’ils vont passer beaucoup de temps ensemble. Par la suite, elle nous parle de sa solitude car ses enfants, devenus grands, ont chacun décidé d'étudier dans une ville loin d'elle. Le changement s'opère lorsqu'une discussion avec un collègue de travail lui permet de trouver un moyen de passer le temps. Avant, elle le passait à s'occuper de ses deux enfants et de son travail. Maintenant que les enfants sont partis, elle a beaucoup de temps libre. Sa collègue l'a d'abord emmené dans une salle de danse où elle a pu élargir sa liste d’amis par la propriétaire de la salle. Puis cette nouvelle rencontre la permet à nouveau d’élargir sa relation, elle sera admise comme bénévolat dans un hôpital. Elle aidera dans le service de néonatologie pour les bébés prématurés.

En parallèle, Virginie Grimaldi raconte les aventures d’une jeune mère. Elle attend avec impatience l’arrivée de son bébé, qui arrive plus tôt que prévue. Son enfant est maintenu dans une couveuse pendant quelques temps. Elle va passer la plupart de son temps au chevet de son bébé. Elle a fait la connaissance de trois parents qui a eu le même problème qu’elle. Désespoir, espoir, rires, pleurs se succèdent pendant le temps passé à l’hôpital. Les quatre parents essaient de passer le temps en se tenant compagnie. Sinon ils se réconfortent et se consolent avec les nouvelles que les médecins les apportent au sujet de leur bébés. En attendant que ces derniers aillent suffisamment bien pour rentrer à la maison.

Au milieu de la lecture, on se demande quel est le lien entre les deux femmes. Quel est l’intérêt pour l’auteure de raconter la vie de deux personnes si différentes ? Voilà que le dernier chapitre du livre réserve une grande surprise pour chaque lecteur. C’est un point qui rend le livre déconcertant et surprenant. A la fin, le lecteur découvre qu'il s'agit en fait d'une seule et même personne. Virginie Grimaldi a réuni dans une seule livre les deux grands passages de la vie d’une même personne. L’une était quand elle fut mère en action, à plein temps. L’autre quand elle était mère à distance et à la retraite.

Contenu décevant par rapport au titre

Après avoir résumé le livre dans la première partie, peut-être vous demandez-vous comme moi : à quel moment doux l’auteure fait-elle référence ? En effet, même à la fin de l’histoire, on continue à se poser la question. Chacun devrait alors formuler sa propre définition des moments doux évoqués dans le titre du livre. Cette critique ne signifie pas que le livre n’était pas bon. Au contraire, il fait partie des bons livres que j’ai lu dans ma vie et, m’a fait découvrir ce qui m’attendait en tant que mère. Cependant, personnellement j’aurai plutôt choisi un autre titre à la place, car la plupart de l’histoire raconte des moments durs (l’attente du bébé mis en couveuse, la séparation avec les enfants qui grandissent,..)

Afin de respecter le titre et ne plus me casser la tête, j’ai donc décidé de formuler à ma façon ce que l’auteur voulait appeler des «moments doux » dans son histoire. Les moments doux étaient peut être les bons moments passés avec les nouveaux amis. Pour la première femme, ils ont été passés avec sa collègue et le propriétaire de la salle de danse. Pour la seconde, ce fut la rencontre et le partage avec les autres parents dans la salle d’attente et la cantine de l’hôpital. Toutes les deux ont pu créer une nouvelle famille avec les personnes qu’elles ont rencontrées. Elle nous enseigne que la famille n’est pas seulement une question de sang mais aussi de relations et de contact avec les autres. Je vous invite à lire le livre en premier temps, après vous pouvez distinguer peut-être ce que l’auteur veut dire par « moments doux ». Il se peut que je n’aie pas compris l’histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.